Prélèvements de sang chez le cochon d'Inde

Prélèvements de sang chez le cochon d'Inde

Matériel de prélèvement

La quantité de sang prélevé sera toujours faible. Le sang est déposé dans des mini-tubes ou sur des microcapillaires de 125 µl pour de plus petits volumes.
Il existe différents types de tubes dont la couleur est définie par un code international :
  • tube EDTA (violet) : hématologie, PCR
  • tube hépariné (vert) : biochimie, hématocrite, endocrinologie
  • tube sec sans anticoagulant (rouge) équipé d’un gel séparateur ou de billes : biochimie, sérologies
  • tube citraté (bleu foncé) : bilans d’hémostase
Les microcapillaires permettent de recueillir par capillarité une petite quantité de sang suffisante pour réaliser un dosage d’urée, de glucose, des protéines totales et un hématocrite.

Un frottis sanguin peut être réalisé lorsque le prélèvement se limite à quelques gouttes de sang. Il permet d’effectuer, après coloration au RAL ou de préférence au May-Grunwald-Giemsa, une étude qualitative de la formule sanguine, un comptage manuel (cellule de Malassez), mais aussi d’apprécier les spécificités hématologiques (corps de Kürloff du cobaye,….). Les réticulocytes sont comptabilisés sur une cellule de Malassez après dilution dans un volume donné de liquide Marcano (sulfate de sodium, formol) ou d’autres milieux spéciaux. Les vapeurs de formol peuvent donner une coloration anormalement jaune au frottis
Nous utilisons en générale une aiguille orange 16 mm x 5/10 (25 G x 5/8) montée sur une seringue de 1 ml, quelque soit l’espèce et le lieu de ponction utilisé. Les aiguilles plus fines marron de 0,45x12 mm sont à déconseillées car elles entraînent une coagulation prématurée du sang.

Techniques de prélèvement


Le prélèvement de sang chez le cobaye n’est pas facile.
La contention est très importante : elle doit être douce et efficace sans être stressante. Une contention drastique peut entraîner la mort par arrêt cardiaque. Dans la plupart des cas une anesthésie de courte durée (anesthésie flash à l’isoflurane ou au sepvoflurane) est vivement conseillée, elle est même indispensable chez d’autres espèces (Myomorphes, écureuil de Corée, chien de prairie).
Le prélèvement à la veine jugulaire est le meilleur chez le cobaye. Il nécessite de préférence une tonte de la zone de ponction, surtout sur l’animal à fourrure abondante ou trop gras. La veine jugulaire se situe en position superficielle, en arrière de l’angle mandibulaire, elle est plus haute par rapport à la position qu’elle occupe chez les carnivores domestiques.

Le prélèvement à la veine céphalique est relativement simple à effectuer chez le lapin et le chien de prairie, mais il ne permet de recueillir qu’une faible quantité de sang chez le cobaye.
La ponction cardiaque est dangereuse et doit être évitée dans l’exercice libéral car elle peut entraîner la mort de l’animal.

La ponction du plexus veineux rétrobulbaire est intéressante chez le cobaye (animal particulièrement gras chez lequel le prélèvement de sang est difficile), mais aussi chez le chinchilla, le hamster et l’écureuil de Corée. Elle s’effectue sur un patient anesthésié, à l’aide d’un tube capillaire hépariné stérile en verre ou d’un tuyau en polyéthylène. On comprime la veine jugulaire en arrière de la mandibule avec le pouce et on relève la paupière supérieure avec l’index pour créer une légère exophtalmie. La ponction s’effectue alors à l’angle interne de l’œil. Le tube est introduit horizontalement puis incliné de 45 degrés vers l’arrière. La compression jugulaire doit être relâchée dès que le sang monte dans le tube, sous peine de risquer un choc hypovolémique mortel, notamment chez les petits sujets . On peut ainsi recueillir quelques dizaines de millilitres de sang chez les Myomorphes , un voire trois millilitres chez le chinchilla. L’œil et la santé de l’animal ne semblent pas affectés si on opère sur des animaux correctement anesthésiés.

La ponction de la veine cave antérieure permet d’obtenir de bonnes quantités de sang. Elle est réalisée sur l’animal anesthésié en décubitus dorsal. Une aiguille 25 mm x 6/10 (bleue) ou 25 mm x 8/10 (verte) est introduite dans la dépression située en avant de la première côte, à droite ou à gauche du manubrium sternal, inclinée à 45 ° et dirigée vers l’articulation coxofémorale contro-latérale

Pour la réalisation d’un frottis sanguin ou d’une biochimie simple (glycémie ou urémie sur bandelette), une goutte de sang peut être prélevée par une petite incision cutanée en regard d’une veine de l’oreille
Les principaux sites de prélèvement selon les espèces sont indiqués dans le tableau n° III.
Tableau III. Principaux sites de prélèvements sanguins chez les rongeurs et lapins de compagnie
Mode de prélèvement Lapin Ecureuil Chien de prairie Gerbille Rat Souris Hamster Cobaye Chinchilla Octodon
Section ou incision de l’extrémité de la queue - + - + + + - - + +
Section d’une griffe + + + + + + + - + +
Incision de l’oreille - - - - - - - + + +
Ponction cardiaque * - - - - - - - - - -
Veine jugulaire + + + + + + - + + +
Veine céphalique + - + - - - - + + +
Veine saphène externe + - + - - - - + - -
Veine fémorale + - + - - - - - + +
Veine pénienne - - - - + - - + + -
Veine caudale - + + + + + - - + +
Sinus veineux rétro-orbitaire ** + + + + + + + + + +
Veine de l’oreille + - - - - - - - - -
* dangereuse, risques d’arrêt cardiaque
** exercer après ponction une pression modérée sur l’œil fermé pour éviter une hémorragie + sites de prélèvement à privilégier

III Conclusion

. Le cobaye possède des spécificités hématologiques qu’il est utile de connaître pour éviter des interprétations erronées. L’intérêt clinique de l’hématologie chez est limité du fait même de la grande variabilité des paramètres, à l’exception du lymphosarcome et des états d’anémie.
Mise à part l’hyperglycémie physiologique, les paramètres biochimiques sont comparables à ceux du chien et du chat. L’intérêt de la biochimie réside surtout dans le diagnostic des insuffisances rénales et hépatiques. Dr Didier BOUSSARIE Le Dr Boussarie enseigne l’hématologie des NAC dans le cadre du Certificat d’Etudes Supérieures à L’Ecole Vétérinaire de Toulouse
Dr Didier Boussariee   
Vétérinaire
Consultant NAC Exclusif

© Didier Boussarie -  CobayesClub


ALIMENTATION
  • L'alimentation du cochon d'inde
  • Introduction des fruits et légumes et menus
  • Liste des légumes et fruits conseillés pour le cochon d'Inde
  • L'obésité chez le cochon d'Inde
  • La nutrition du cochon d'Inde
  • Le problème des légumes riches en nitrates
  • Poireau, ail, ciboulette ... toxique ?

  • CONNAITRE le COCHON D'INDE
  • Adopter un cochon d'Inde
  • Cochons d'Inde à l'adoption
  • Races et Couleurs chez le cochon d'Inde
  • La cohabitation chez le cochon d'Inde
  • L'histoire du cochon d'Inde
  • Le cochon d'Inde est-il un rongeur ?
  • Les cochons d'Inde à la sieste
  • Jardiner pour son cochon d'Inde
  • Partir en vacances avec son cochon d'Inde
  • Communication gestuelle du cochon d'Inde
  • Comportment du cochon d'Inde
  • Zoothérapie avec le cochon d'Inde
  • cochon_inde_zootherapie.htm
  • L'univers sensoriel du cochon d'Inde
  • Ecoutez les cris du cochon d'Inde
  • Les vocalises du cochon d'Inde
  • Zoologie du cochon d'Inde
  • La cavy cage pour votre cochon d'Inde
  • Les accessoires pour le cochon d'Inde
  • VITAMINE C
  • Doses de vitamine C pour le cochon d'Inde
  • La carence en Vitamine C chez le cochon d'Inde
  • Tout savoir sur la vitamine C

  • SOINS
  • Administrer un médicament
  • L'anesthésie générale des NAC
  • La consultation vétérinaire du cochon d'Inde
  • Faire une injection à son cochon d'Inde
  • Le vétérinaire NAC
  • Le docteur Didier BOUSSARIE

  • REPRODUCTION
  • Accouplement cochon d'Inde
  • La castration du cochon d'Inde
  • La reproduction du cochon d'Inde
  • Sevrage et allaitement du cochon d'Inde
  • Le sexage des jeunes cochons d'Inde
  • Les kystes ovariens du cochon d'inde
  • La naissance des cochons d'Inde
  • La gestation chez le cochon d'Inde
  • La puberté du cochon d'Inde
  • ANOREXIE
  • L'anorexie chez le cochon d'inde
  • La gestion de l'anorexie chez le cochon d'Inde
  • Gaver son cochon d'Inde

  • SANTE
  • Le coup de chaleur chez le cochon d'Inde
  • L'otite chez le cochon d'Inde
  • Rhinites et pneumonies chez le cochon d'Inde
  • Les dermatoses du cochon d'Inde
  • La teigne chez le cochon d'Inde
  • La gale du cochon d'Inde
  • La pseudogale du cochon d'Inde
  • Les puces chez le cochon d'Inde
  • Les poux chez le cochon d'Inde
  • Les pododermatites chez les cochons d'Inde
  • La polyuropolydypsie du cochon d'Inde
  • Les parasites externes du cochon d'Inde
  • L'ophtalmologie du cochon d'Inde
  • Le diabète du cochon d'Inde
  • L'amputation chez le cochon d'Inde
  • Le vaccin chez le cochon d'Inde
  • L'entérotoxémie chez le cochon d'Inde
  • Pathologie de la thyroide
  • Le lymphosarcome du cochon d'Inde
  • Le coeur de votre cochon d'Inde
  • Les maladies cardiaques du cochon d'Inde
  • L'insuffisance rénale chez le cochon d'Inde
  • L'urolithiase chez le cochon d'Inde
  • La toxémie de gestation
  • La phytothérapie appliquée au cochon d'Inde