L'amputation chez le cochon d'Inde

amputation cochon d'inde

L’amputation chez le cochon d’Inde - point de vue du vétérinaire

Le problème de l’amputation d’un doigt n’est pas traité dans cet article (déjà traité dans les pododermatites).

Quand envisager une amputation sur un cochon d'Inde ?

L’amputation doit être envisagée lorsque les lésions d’un membre sont trop sévères et lorsque le retour à une fonction normale est impossible. Elle est d’autant plus indiquée que :
  • les lésions osseuses sont multiples, ouvertes ou infectées,
  • la vascularisation du membre est compromise,
  • une atteinte neurologique irréversible est constatée (paralysie du membre),
  • on est en présence de lésions tumorales du membre atteint ou d’une infection bactérienne étendue et irréversible.

L'amputation est-elle bien tolérée par le cochon d'Inde ?

Le cochon d’Inde supporte heureusement assez bien l’amputation, même si elle concerne un membre postérieur.
Elle permet d’éviter l’euthanasie dans de nombreux cas. Elle représente cependant un choc compréhensible et pose un cas de conscience bien légitime pour le propriétaire qui doit être bien informé par le vétérinaire.

Existe-t-il plusieurs techniques d'amputation et laquelle est préférable ?

Le site choisi pour la chirurgie doit permettre d’obtenir une mobilité rapide du cochon d’inde. Les grands principes à respecter lors d’une amputation sont :
  • amputer le plus haut possible. Plus l’amputation est haute, mieux elle est supportée par le cochon d'Inde.
  • les amputations basses (région carpienne, radio-cubitale) sont contre-indiquées car elles incitent le cochon d'Inde opéré à se servir de son moignon comme d’une béquille avec des problèmes consécutifs de douleur, de non cicatrisation et d’escarre
  • éviter de sectionner un os. Ceci aurait pour effet d’exercer une pression douloureuse sur la peau par la partie sectionnée et de compromettre la cicatrisation. Si elle est néanmoins réalisée, ce qui est fortement déconseillé, il faut prendre la précaution de constituer un matelas musculaire en suturant les muscles entre eux.
  • les nerfs doivent être sectionnés après application d’un anesthésique local, à la lame de bistouri, sans avoir été ligaturés ni cautérisés. On prévient ainsi la fameuse « douleur des amputés » (au niveau du membre manquant) bien connue en médecine humaine par exemple chez les blessés de guerre.
  • l’anesthésie gazeuse doit être privilégiée, avec une bonne analgésie pré per et postopératoire
  • effectuer de préférence une amputation par désarticulation haute :
    • au niveau de l’épaule pour le membre antérieur (désarticulation scapulo-humérale)
    • au niveau de la hanche pour le membre postérieur (désarticulation coxo-fémorale)

Quelles sont les risques et les suites opératoires de l'amputation. Le cochon d'Inde récupère-t-il bien ?

Les suites opératoires d'une amputation

A court terme
Le cochon d’Inde peut décéder brutalement dans les 48 heures qui suivent l’intervention (arrêt de transit par douleurs postopératoires, accident thrombo-embolique, choc septique postopératoire,..). Une très bonne analgésie est donc indispensable, ainsi qu’une antibiothérapie et qu’une stimulation du transit digestif. Le cochon doit être gavé (Critical Care® herbivores, Recovery®,…) en cas d’anorexie et ceci le jour même de l’intervention.
A moyen terme
Le cochon récupère en général rapidement, dans les jours suivent l’intervention. Cette récupération physiologique et fonctionnelle sera d’autant plus rapide que le cochon est jeune. Elle sera plus longue sur les cochons en surpoids, obèses, avec des lésions de calcinose osseuse (au niveau du rachis, des coudes et des grassets notamment) qui limitent les déplacements.
A long terme
Un cochon peut très bien vivre avec un membre amputé, même s’il s’agit d’un membre postérieur. Il s’adapte à sa nouvelle vie. Pour cela, il déplace le poids de son corps sur le membre opposé à l’amputation, en le maintenant vers l’intérieur pour répartir la charge corporelle et obtenir de ce fait un meilleur équilibre et une proprioception (positionnement dans l’espace) adaptée

Que faut-il surveiller après l’intervention ?

La surveillance postopératoire
Les griffes doivent être soigneusement et régulièrement sectionnées
Il faut également vérifier la région podale du membre opposé à l’amputation. Une pododermatite peut en effet se développer par excès du poids reporté sur le membre restant. D’où l’intérêt ;
  • de fournir de l’exercice, la position statique favorise les pododermatites
  • d’une alimentation raisonnablement énergétique et non hypercalorique. Les granulés et mélanges complets du commerce doivent être évités ou tout au moins limités (2 à 3 % du poids du corps maximum) au profit d’aliments plus naturels (foin, herbe, céréales, plantes séchées, légumes frais, fruits en quantité modérée)→renvoi
  • d’une litière adaptée, confortable, épaisse, bien absorbante, fréquemment renouvelée
- - -
Dr Didier Boussarie
Vétérinaire, Consultant NAC Exclusif
© Didier Boussarie -  CobayesClub

L’amputation de la patte de mon cochon d’Inde

amputation cochon d'inde amputation cochon d'inde amputation cochon d'inde amputation cochon d'inde amputation cochon d'inde
Témoignage de Coralie, propriétaire de Shanti, cochon d'Inde ayant dû être amputé.

Pourquoi mon cochon d’Inde a-t-il dû être amputé ?

La vie de mon cochon d'Inde avant l'amputation et le contexte

J'ai découvert que la patte de mon cochon d’Inde Shanti était enflammée. J'ai pensé à une entorse, elle ne souffrait pas et ne montrait aucun signes de pathologies. Deux jours après cette découverte sa patte était énorme et remplie de pus. Shanti a subi plusieurs opérations par mon vétérinaire (4 à 5 anesthésies). Avec mon compagnon nous avions des soins locaux à faire à Shanti. Du jour au lendemain, il a senti la patte de Shanti différente, plus molle. Les os avaient été rongés par le pus.
Après 3 semaines de soins, la situation empirait et l'infection remontait dans la patte. Shanti continuait à se nourrir mais était de plus en plus fatiguée. Elle restait prostrée dans un coin de la cage et souffrait. Il devenait urgent de trouver une solution car ce n'était plus une vie pour elle et le mal progressait.

Shanti était atteinte d’une tumeur à la patte avant droite qui la faisait beaucoup souffrir. Le dernier espoir de SHANTI était l’amputation de cette patte.

Quand mon vétérinaire m'a parlé d'amputation, je pensais qu'un animal comme le cochon d'inde ne pouvait survivre à une telle opération. Shanti était âgée 3 ans et cela me paraissait déjà beaucoup pour qu'elle puisse supporter cette opération. J'imaginais que Shanti se réveillerait avec beaucoup de souffrances et que les soins post opératoires seraient décisifs pour sa survie. Je pensais devoir la gaver les jours suivants l'opération.
De plus, l'interrogation sur sa future qualité de vie et ses déplacements était grande.

La réalisation de l'amputation de mon cochon d’Inde :

LE DEROULEMENT DU JOUR J


J'ai emmené Shanti à la clinique vétérinaire à 8h00, et j'ai été la chercher vers 17h00 avec beaucoup d'appréhensions face à ce que j'allais découvrir.
L'opération s'était passée normalement sans complications. Les 48h à 72h après l'opération étaient primordiales avec un risque de mort subite.
Je l'ai récupéré très bien réveillé, fatiguée et avec une cicatrice impressionnante mais moins terrible que ce que j'avais imaginé.

L’EVOLUTION de mon cochon d'Inde Shanti SUITE à L’OPERATION d'amputation

… les premiers jours …

Shanti a son retour à la maison était bien, elle s'est mise tout de suite debout sur ses pattes arrière pour attraper plus vite les légumes, ce qu'elle ne pouvait plus faire avant. A mon grand étonnement elle avait de l'appétit et n'a jamais eu besoin de gavage tout au long de sa convalescence.
Elle a été fatiguée les 2 ou3 jours suivant son opération.
Elle a rapidement su se déplacer en rampant.

… … Une semaine après …

Une semaine après son opération, il y a eu un réel changement, elle a mangé une ration de légumes plus conséquente, elle avait les yeux bien ouverts, elle était plus vive. Sa façon de se déplacer s'améliorait également.
La seule complication a été un problème de transit du fait des antibiotiques qu'elle prenait depuis plus d'un mois et qu'elle ne pouvait plus pratiquer la coprophagie.
Les fils lui ont été enlevés 15 jours après l'amputation.
Elle a par la suite gagné en agilité et déplacements. Les améliorations ont continué de jours en jours et de semaines en semaines.
J'ai senti son corps se transformer et s’adapter à cet handicap. Les os ont bougés pour qu'elle trouve un nouvel équilibre, la patte avant restante est devenue un "bras central".

Au quotidien avec mon cochon d’Inde amputé.

amputation cochon d'inde Mon cochon d'Inde deux mois après l'amputation
… AUJOURD’HUI …

Aujourd'hui, plus de deux mois après l'amputation, Shanti a une vie tout à fait normale. Elle est capable de se mettre debout sur ses pattes arrières, de se déplacer de façon rapide. Elle peut pratiquer la coprophagie, même si finalement je la voir rarement dans la position typique a cette pratique, elle a plutôt tendance à faire ses crottes et les manger.
Je l'ai surprise récemment bien droite, sa patte avant appuyée sur sa gamelle de pellets. Elle a acquis une véritable force dans cette patte avant restante. Je ne pensais pas qu'elle pourrait retrouver autant d'autonomie.

SON COMPORTEMENT

Shanti n'est quand même plus la même qu'avant cette pathologie. Son caractère a changé. Elle vivait auparavant avec deux autres femelles cochons d'inde, à l'heure actuelle ce n'est plus possible, elle montre des signes de dominance et préfère sa tranquillité. Elle apprécie de les rencontrer de temps en temps mais pas de partager avec elles. Avant elle était plutôt dominée et avec une tendance à se cacher pour éviter les conflits.
Dans son enclos elle est très détendue, toujours allongée de façon plus que confortable.
Elle est devenue très proche de moi.

SON ENVIRONNEMENT

Elle vit maintenant sur des alèses pour protéger sa dernière patte avant. De plus, cela facilite ces déplacements.
Elle a également dans son enclos plusieurs coussins à sa disposition. Elle prend parfois des positions qui peuvent paraître étranges mais qui ont l'air confortables pour elle.

LES SOINS PARTICULIERS

La toilette

Il est primordial de surveiller la taille de ses ongles et de les couper régulièrement. Je dois également regarder son nez et son œil du côté de la patte amputée et lui nettoyer si besoin.

L'alimentation

Je suis très vigilante sur son alimentation en particulier sur la quantité et la qualité des pellets, Shanti a eu tendance à l'embonpoint dans sa jeunesse. Elle doit garder un poids stable pour éviter toutes nouvelles pathologies liées à cette amputation.

CONCLUSION

L’amputation a permis de lui sauver la vie et je remercie mon vétérinaire le DR HAMEAU pour son investissement dans le traitement de Shanti. Grâce à ses soins, Shanti mène de nouveau une vie paisible et confortable pour je l'espère encore de longues années.

Coralie pour CobayesClub
Membre du groupe Facebook CobayesClub

© Didier Boussarie -  CobayesClub




ALIMENTATION
  • L'alimentation du cochon d'inde
  • Introduction des fruits et légumes et menus
  • Liste des légumes et fruits conseillés pour le cochon d'Inde
  • L'obésité chez le cochon d'Inde
  • La nutrition du cochon d'Inde
  • Le problème des légumes riches en nitrates
  • Poireau, ail, ciboulette ... toxique ?

  • CONNAITRE le COCHON D'INDE
  • Adopter un cochon d'Inde
  • Cochons d'Inde à l'adoption
  • Races et Couleurs chez le cochon d'Inde
  • La cohabitation chez le cochon d'Inde
  • L'histoire du cochon d'Inde
  • Le cochon d'Inde est-il un rongeur ?
  • Les cochons d'Inde à la sieste
  • Jardiner pour son cochon d'Inde
  • Partir en vacances avec son cochon d'Inde
  • Communication gestuelle du cochon d'Inde
  • Comportment du cochon d'Inde
  • Zoothérapie avec le cochon d'Inde
  • cochon_inde_zootherapie.htm
  • L'univers sensoriel du cochon d'Inde
  • Ecoutez les cris du cochon d'Inde
  • Les vocalises du cochon d'Inde
  • Zoologie du cochon d'Inde
  • La cavy cage pour votre cochon d'Inde
  • Les accessoires pour le cochon d'Inde
  • VITAMINE C
  • Doses de vitamine C pour le cochon d'Inde
  • La carence en Vitamine C chez le cochon d'Inde
  • Tout savoir sur la vitamine C

  • SOINS
  • Administrer un médicament
  • L'anesthésie générale des NAC
  • La consultation vétérinaire du cochon d'Inde
  • Faire une injection à son cochon d'Inde
  • Le vétérinaire NAC
  • Le docteur Didier BOUSSARIE

  • REPRODUCTION
  • Accouplement cochon d'Inde
  • La castration du cochon d'Inde
  • La reproduction du cochon d'Inde
  • Sevrage et allaitement du cochon d'Inde
  • Le sexage des jeunes cochons d'Inde
  • Les kystes ovariens du cochon d'inde
  • La naissance des cochons d'Inde
  • La gestation chez le cochon d'Inde
  • La puberté du cochon d'Inde
  • ANOREXIE
  • L'anorexie chez le cochon d'inde
  • La gestion de l'anorexie chez le cochon d'Inde
  • Gaver son cochon d'Inde

  • SANTE
  • Le coup de chaleur chez le cochon d'Inde
  • L'otite chez le cochon d'Inde
  • Les dermatoses du cochon d'Inde
  • La gale du cochon d'Inde
  • Les puces chez le cochon d'Inde
  • Les poux chez le cochon d'Inde
  • Les pododermatites chez les cochons d'Inde
  • La polyuropolydypsie du cochon d'Inde
  • Les parasites externes du cochon d'Inde
  • L'ophtalmologie du cochon d'Inde
  • Le diabète du cochon d'Inde
  • L'amputation chez le cochon d'Inde
  • Le vaccin chez le cochon d'Inde
  • L'entérotoxémie chez le cochon d'Inde
  • Pathologie de la thyroide
  • Le lymphosarcome du cochon d'Inde
  • Le coeur de votre cochon d'Inde
  • Les maladies cardiaques du cochon d'Inde
  • L'insuffisance rénale chez le cochon d'Inde
  • L'urolithiase chez le cochon d'Inde
  • La toxémie de gestation
  • La phytothérapie appliquée au cochon d'Inde