Gaver son cochon d'Inde

Gaver son cobaye

Le gavage consiste à nourrir de façon assistée ou forcée un cobaye. Il permet d’éviter que celui-ci ne dépérisse, le temps que le problème, cause de l'anorexie, soit résolu et que le cobaye ait retrouvé l'appétit.
Une fois le diagnostic établi, il faudra soigner l'animal pour cette pathologie, et continuer le gavage pendant les soins, jusqu'à ce qu'il retrouve une autonomie suffisante pour s’alimenter seul.

On peut être amené à gaver son cobaye suite à une intervention chirurgicale, un parage dentaire, un abcès dentaire, ou toute pathologie pouvant entrainer une anorexie cf. anorexie (pneumonie, lipidose hépatique, météorisme ...).

Il ne faut pas penser, juste parce qu’un cobaye ne mange plus, qu’il ne désire plus vivre. Un cobaye peut donner l’impression de perdre l'envie de se nourrir s’il ressent une douleur par exemple, ou s’il développe une lipidose hépatique ou une entéropathie, et c’est à vous d'agir, le temps qu’il retrouve ses forces.
Gaver un cobaye n’est pas toujours simple et peut demander beaucoup d’énergie et de temps passé, mais c'est vital. Il est donc très important que le propriétaire soit motivé, persévérant et combatif, même si le cobaye n’est pas coopératif ou semble dépérir.

Avec quels produits peut-on gaver son cobaye ?

  • Le Critical Care est le produit de choix, il peut être administré aux lapins et rongeurs herbivores (cobaye, chinchilla, octodon, chien de prairie). Il est conçu pour cela. Sa formule est enrichie pour convenir à un animal malade, elle contient en outre des plantes aromatiques qui améliorent son appétence. On le trouve chez les vétérinaires.
  • En secours, si vous n’avez pas le premier produit, des granulés mixés dans un peu d’eau.
  • Moulinés de légumes frais faits maison ou en briques du commerce (Pur soupe veloutée). Les légumes en conserves ou congelés doivent être proscrits.
  • La compote (de pommes, poires) ou la purée de bananes peut-être conseillée par le vétérinaire dans certains cas. Un gavage peut être terminé avec de la compote. Vous pouvez réaliser vous-même une purée de pommes ou pomme-banane, ou acheter en grande surface, au rayon laitage, de la compote pomme-banane, ou pomme, en barquettes sans sucre ajoutés.
En fonction de la pathologie, le vétérinaire peut vous demander, pour des raisons médicales, de gaver en partie avec de la compote de fruits. Ceci afin de protéger le cobaye des risques d’hypoglycémie et donc en prévention de la cétose ou de la lipidose.

Certains propriétaires craignent, à tort, que la compote ne provoque des troubles digestifs, des diarrhées ou ne soit trop sucrée. Si votre vétérinaire vous a conseillé d’en donner, c’est qu’il y a un intérêt médical et un bénéfice pour votre cobaye.

Quel est le matériel utile pour gaver un cobaye ?

  • Seringues de 1ml, 2,5ml, 5mL ou seringue de gavage de 10, 20 mL , suivant la méthode choisie. Les seringues de 1 ml sont de loin préférables, car elles rentrent facilement dans la cavité buccale du cobaye
  • Une serviette éponge (pour aider à la contention) ou des essuies-tout (pour essuyer la région labiale et mentonnière au cours du gavage)
  • Une tasse à café ou un petit récipient en céramique pour préparer les produits de gavage

Comment procéder ?

Les positions possibles
Il existe plusieurs façons de faire, c’est à chacun de trouver celle qui lui convient.

La position du propriétaire :
Le propriétaire va s’installer dans un endroit confortable (canapé, lit), en s’assurant d’avoir tout ce qu’il faut à portée de main et de façon à ce que le cobaye ne courre aucun risque (de chute. )
Eviter de gaver le cobaye sur une table si l’on est seul(e) : risque de réaction imprévue du cobaye, et de chute. Sinon, la table est très pratique, une personne gave, la seconde tient le cobaye par le train-arrière pour l’empêcher de reculer
La position du cobaye
  • Sur les genoux

  • Contre soi (cobaye debout)
Il est fortement déconseillé de gaver son cobaye sur le dos en raison des risques importants de fausses routes

Les seringues

  • Des seringues de 1mL
  • Ou Une seringue de 1mL et / ou des seringues de 2,5mL ou 5mL
  • Ou seringues de gavage de 40mL, 60mL …

Quelques tactiques de gavages

A chacun de trouver celle qui lui convient !
Seringues de 1mL (conseillée pour les débutants)
Prévoir une dizaine de seringues de 1mL afin de vous éviter un comptage laborieux. Si vous n’en avez qu’une … prévoyez le post-it et le stylo pour ne pas perdre le compte et faire des petits bâtons !
Charger les 10 seringues et commencer le gavage. Recharger si nécessaire pour atteindre les quantités souhaitées.
Seringues emboitées
Charger une seringue de 2,5mL ou de 5mL et l’emboiter dans une seringue de 1mL dont on aura retiré le piston. La seringue de 1mL permet de réguler plus facilement le débit.



Seringues de gavage



Les seringues de gavage sont plus faciles à charger et évite les rechargements multiples grâce à une plus grande contenance.

Comment charger la seringue ?

Par aspiration :
Plonger la seringue dans la bouillie, et aspirer !
Avantage : rapide
Inconvénient : coup de main à prendre.

Des problèmes à la sortie ??



Coupez l’embout. Pour les seringues de 1mL, on coupe le petit embout étroit (avec un cutter). Pour ne pas blesser le cochon d'inde, on passe légèrement les bords coupés, sur une flamme, et on « arrondit » les bords quand le plastique est encore très chaud. Deux avantages: ce n'est plus coupant, et le piston ne risque plus de sortir de la seringue.

Les séances de gavage

  • les séances de gavage se feront plusieurs fois par jour, pour arriver au dosage préconisé par le vétérinaire sans dépasser la capacité de stockage de l’estomac (15 à 25mL). L'idéal étant de se calquer sur le comportement des autres cochons d'inde de la maison. Sinon, répartir en 4 ou 5 petites séances par jour (au minimum 3 séances par jours : par exemple : 8h00 , 12H00, 18h00 ou 8h00, 18h00, 23H00).
  • Laisser le temps au cobaye de mastiquer et surtout de déglutir. Donner petite quantité par petite quantité: petit à petit: 1mL se donne en moyenne en 5 à 6 fois.
  • Il est important de penser à hydrater le cobaye également. Cela doit être fait entre les gavages et non pendant, afin de ne pas distendre l’estomac. Les besoins en eau d’un cobaye sont en moyenne de 100mL / kg / jour.
  • Afin de favoriser une usure harmonieuse et équilibrée des dents, il faut entrer la seringue une fois du côté droit, une fois du côté gauche des incisives. Sinon, vous risquez de créer un décalage de la mâchoire (de gauche à droite ou de droite à gauche) : les dents ne s'useront pas également des deux côtés.
  • Bien sur, toujours proposer à l'animal, ses légumes frais, et les laisser dans la cage. Le stimuler autant que possible pour lui donner envie de manger par lui-même. Pour ce la, il va falloir des ruses: légumes coupés en menus morceaux, ou râpés pour lui faciliter la vie (dans le cas d'un animal qui a subi un parage dentaire)
  • Bien sur, laisser à demeure ses granulés et son foin. Si le cochon d'inde a subi un parage dentaire, penser à humecter les granulés. Parfois ça aide.
Le gavage demande une grande organisation et occupe beaucoup de temps, surtout les premières fois.

Quand arrêter le gavage ?

Il faut être prudent et ne pas arrêter le gavage trop tôt. Il est préférable de s’assurer d’abord de la prise de poids, et de diminuer les gavages progressivement en vérifiant que le cobaye ne perd pas de poids.

A quel moment proposer les légumes, le foin, l’herbe ?

Avant, pendant le gavage entre les seringues, après.

Avant: Cela permet d’observer le comportement. Le fait de voir son animal se diriger vers la gamelle, nous motive énormément. On se rend compte qu'il a faim, et l'aider devient vraiment une priorité. Surtout observer ce qu'il fait. Parfois, il fait « semblant » de manger. Il a faim, mais n'y arrive pas. C'est ce qui explique souvent que les maitres ne s'aperçoivent pas tout de suite du problème, et que la situation se dégrade très vite.

Pendant : pour le stimuler. Proposer des brins de foin entre les seringues pour profiter de l’élan donné.

Après : souvent les propriétaires s’étonnent de voir que leur cobaye a de l’appétit après le gavage. Les gavages les stimulent et il est fréquent qu’après un gavage, un cobaye se dirige vers les herbes aromatiques dont il n’avait pas voulu avant, par exemple.

Autres astuces complémentaires

Stimuler l’appétit
Les graines d’avoine décortiquées. Ou les flocons d'avoine (rayon petit déjeuner en grande surface) D'autres infos pour stimuler l'appétit de son cobaye ici
L’infusion de foin.
A quoi sert-elle ?
Le foin régule leur transit intestinal. C'est leur aliment de base. Quand ils ne mangent pas, le transit est ralenti, voire arrêté. En donnant de l'infusion de foin, on leur apporte (en partie, puisqu'ils ne mâchent pas, et ne mangent pas) tous les bienfaits du foin.
La recette ?
préparer de l'infusion de foin ( une grosse poignée de foin, de l'eau bouillante) ou des tisanes (verveine, menthe, citron,..). On laisse infuser un moment. On filtre le jus. On jette le foin.)
Quand la donner ?
On doit hydrater le cochon d'inde tout au long de la journée (s'il ne boit pas ou plus). On peut mettre cette infusion dans le biberon. Certains cochons d'inde n'aiment pas, d’autres adorent. On leur donnera alors à la seringue.
La purée de SES légumes.
La recette ?
  • Recette du velouté maison: Dans le bol du mixer: Une grosse cuillère de granulés habituels, tous les légumes que le cochon d'inde aime. Avec en priorité poivron, fenouil, persil, épinards. On rajoute des flocons d'avoine, et de la compote de pomme ou pomme-banane (sans sucres ajoutés) On verse l'infusion de foin encore bouillante dans le bol. On en garde un peu si le velouté est trop épais. On mixe tout ça. Attention à ne pas faire trop liquide. Les cochons d'inde adorent ça en général.
Dans quel cas ?
Quand on n'a pas encore le Critical care. Quand on a ce produit, on peut donner le velouté maison en plus. Certains cochons d'inde se lassent du Critical care. On peut leur changer le goût en leur donnant ce velouté après gavage au Critical care.

Questions :

Gaver, en complément, avec de la compote de fruit présente-t-il des risques digestifs pour le cobaye ? Il y a-t-il des précautions à prendre ?
Réponse du Dr Boussarie : Non, ce n’est pas du tout dangereux par expérience, et les aliments sont complémentaires.

Peut-il faire une fausse route ?

Oui, si on va trop vite avec la seringue. Trop d'un coup, risque de les faire avaler de travers. Par exemple, une seringue d'un millilitre se donne au minimum en trois ou quatre fois. Il faut laisser à l'animal le temps de « mâcher ».( d'où l'importance de la préparation: il ne faut pas que ce soit trop liquide)

Quels sont les risques ?

Risques de fausse déglutition et dans les cas les plus graves de bronchopneumonie. Le cochon d'inde va tousser. Là, il faudra le laisser reprendre son souffle avant de continuer.



Fanny E. & Valérie Ladron
Avec la participation de Frédérique Peyroux, Stéphanie Rodrigues
Et la validation du Dr Didier BOUSSARIE
pour CobayesClub

© Didier Boussarie -  CobayesClub
ALIMENTATION
  • L'alimentation du cochon d'inde
  • Introduction des fruits et légumes et menus
  • Liste des légumes et fruits conseillés pour le cochon d'Inde
  • L'obésité chez le cochon d'Inde
  • La nutrition du cochon d'Inde
  • Le problème des légumes riches en nitrates
  • Poireau, ail, ciboulette ... toxique ?

  • CONNAITRE le COCHON D'INDE
  • Adopter un cochon d'Inde
  • Cochons d'Inde à l'adoption
  • Races et Couleurs chez le cochon d'Inde
  • La cohabitation chez le cochon d'Inde
  • L'histoire du cochon d'Inde
  • Le cochon d'Inde est-il un rongeur ?
  • Les cochons d'Inde à la sieste
  • Jardiner pour son cochon d'Inde
  • Partir en vacances avec son cochon d'Inde
  • Communication gestuelle du cochon d'Inde
  • Comportment du cochon d'Inde
  • Zoothérapie avec le cochon d'Inde
  • cochon_inde_zootherapie.htm
  • L'univers sensoriel du cochon d'Inde
  • Ecoutez les cris du cochon d'Inde
  • Les vocalises du cochon d'Inde
  • Zoologie du cochon d'Inde
  • La cavy cage pour votre cochon d'Inde
  • Les accessoires pour le cochon d'Inde
  • VITAMINE C
  • Doses de vitamine C pour le cochon d'Inde
  • La carence en Vitamine C chez le cochon d'Inde
  • Tout savoir sur la vitamine C

  • SOINS
  • Administrer un médicament
  • L'anesthésie générale des NAC
  • La consultation vétérinaire du cochon d'Inde
  • Faire une injection à son cochon d'Inde
  • Le vétérinaire NAC
  • Le docteur Didier BOUSSARIE

  • REPRODUCTION
  • Accouplement cochon d'Inde
  • La castration du cochon d'Inde
  • La reproduction du cochon d'Inde
  • Sevrage et allaitement du cochon d'Inde
  • Le sexage des jeunes cochons d'Inde
  • Les kystes ovariens du cochon d'inde
  • La naissance des cochons d'Inde
  • La gestation chez le cochon d'Inde
  • La puberté du cochon d'Inde
  • ANOREXIE
  • L'anorexie chez le cochon d'inde
  • La gestion de l'anorexie chez le cochon d'Inde
  • Gaver son cochon d'Inde

  • SANTE
  • Le coup de chaleur chez le cochon d'Inde
  • L'otite chez le cochon d'Inde
  • Les dermatoses du cochon d'Inde
  • La teigne chez le cochon d'Inde
  • La gale du cochon d'Inde
  • La pseudogale du cochon d'Inde
  • Les puces chez le cochon d'Inde
  • Les poux chez le cochon d'Inde
  • Les pododermatites chez les cochons d'Inde
  • La polyuropolydypsie du cochon d'Inde
  • Les parasites externes du cochon d'Inde
  • L'ophtalmologie du cochon d'Inde
  • Le diabète du cochon d'Inde
  • L'amputation chez le cochon d'Inde
  • Le vaccin chez le cochon d'Inde
  • L'entérotoxémie chez le cochon d'Inde
  • Pathologie de la thyroide
  • Le lymphosarcome du cochon d'Inde
  • Le coeur de votre cochon d'Inde
  • Les maladies cardiaques du cochon d'Inde
  • L'insuffisance rénale chez le cochon d'Inde
  • L'urolithiase chez le cochon d'Inde
  • La toxémie de gestation
  • La phytothérapie appliquée au cochon d'Inde