La teigne chez le cochon d'Inde

Les teignes (champignon)

Epidémiologie

La teigne est très fréquente chez le cobaye, notamment chez le jeune.

La teigne est très souvent présente au sein des animaleries et des élevages.

Elle est provoquée par des champignons microscopiques

Elle est due dans la très grande majorité des cas à Trichophyton mentagrophytes, agent de l’herpès circiné de l’homme. Ce champignon est présent également chez les autres rongeurs, le lapin, le chien, le chat et il peut infester l’homme.

D’autres champignons sont plus rarement retrouvés chez le cobaye : Microsporum gypseum (ce parasite est très fréquent sur le sol), Microsporum persicolor, Microsporum audonini, Microsporum fulvum, Trichophyton verrucosum.

Le portage latent est important chez le cobaye (15 à 30 % de porteurs asymptomatiques à Trichophyton mentagrophytes selon les enquêtes).
Le champignon se propage par le biais de ses spores volatiles qui vont se fixer sur les murs, les sols, les vêtements, les mains …. Et contamine tout l’environnement. Ces spores sont très résistants et peuvent survivre plusieurs mois sans hôtes.

La contagiosité est immédiate et rémanente: immédiate par contact direct, rémanente en raison de la longue survie du champignon dans le milieu extérieur. La reproduction sexuée augmente encore le risque épidémiologique.

La contamination est directe et indirecte : directe par un autre cobaye malade ou porteur sain; indirecte par les spores présentes dans l’environnement, transportées par des ustensiles contaminés, des vêtements …
Il faut donc, en plus de traiter le malade, traiter minutieusement et entièrement les installations afin d’éviter que le parasite ne refasse son apparition à la prochaine opportunité.

La teigne est transmissible à l’homme (zoonose). Les enfants et les femmes sont plus sensibles. Elle se manifeste sous forme de plaques rondes à contour érythémateux (l’herpès circiné) sur les zones de peau exposées par contact avec l’animal (avant bras ou le cou). Il convient donc de prendre des précautions lors de la manipulation des cobayes atteints en utilisant des gants, et surtout d’être réactif afin de limiter les opportunités de propagation.

Symptômes

Trichophyton mentagrophytes
Les lésions siègent le plus souvent sur la tête (face, oreilles, paupières, chanfrein). Elles sont généralement localisées et elles se traduisent par des dépilations ovalaires ou circulaires blanchâtres, squameuses à bords nets, avec parfois un léger érythème.

Les lésions peuvent aussi se traduire par des dépilations diffuses, parfois squameuses et érythémateuses, étendues sur l’ensemble du corps. Mais les membres ne sont généralement touchés que par le frottement de contact avec les lésions faciales.

Des lésions à caractère très inflammatoire, voire hémorragique sont parfois observées, surtout sur le chanfrein. Le prurit est inconstant, le plus souvent faible, parfois net en cas de surinfection bactérienne (kérion, folliculite). La teigne peut être associée à d’autres dermatoses parasitaires (pulicose, gale à Trixacarus caviae), ce qui complique le diagnostic.

Diagnostic parasitaire

  • Examen en lumière de Wood. Les poils prennent un aspect fluorescent mais cet examen n’est positif que pour Microsporum.
  • L’examen des poils au microscope s’effectue sur les poils prélevés en périphérie de la lésion. Il permet la mise en évidence de modifications caractéristiques de la base.
  • La mise en culture s’effectue à partir des poils et des squames sur un milieu de Sabouraud généralement additionné d’un indicateur coloré de rouge phénol conservé en aérobiose (le flacon ne doit donc pas être refermé) à température ambiante. En cas de réaction positive, la gélose prend une coloration rouge franc en 4 à 5 jours et une culture (d’aspect plâtreux pour Trichophyton mentagrophytes) se développe au bout d’une dizaine de jours.
  • La biopsie cutanée permet la mise en évidence de lésions histologiques caractéristiques d’une teigne.

Traitement

J0 : Alopécie squamo-crouteuse
sous l'oreille gauche
J+30 : Disparition des lésions

Pour être efficace, le traitement doit s’appliquer à l’animal malade, à tous les autres cobayes présents, et aux carnivores domestiques (chien, chat, furet). Il repose sur des bains fongicides (dont la réalisation doit obéir à des règles strictes et en s’entourant des précautions nécessaires) et des molécules à action fongicide non toxiques pour le cobaye.

Il est indispensable de traiter conjointement l’environnement (soit la ou les pièces où évolue le cobaye) pour que le traitement soit pleinement efficace.

Précautions pour le propriétaire
Le propriétaire doit s’astreindre à des mesures d’hygiène rigoureuses en raison des risques de transmission de la teigne: port de gants et d’un tablier pendant les bains fongicides, désinfection des mains avec un savon liquide fongicide. Les manipulations du cobaye malade doivent être proscrites pendant au moins un mois après le début du traitement, et ceci est surtout valable pour les enfants.

Questions

  • Mettre le foin au congélateur permet-il de tuer ses parasites ? Il n’y a pas de parasites dans le foin, plutôt des insectes divers ou des microorganismes
  • Les cobayes vivant ou accédant à l’extérieur sont-ils plus prédisposés à certaines dermatoses parasitaires ? Oui, les puces
  • Si un cobaye appartenant à un groupe est malade, faut-il systématiquement traiter tout le groupe ? Oui
Dr Didier Boussarie    &     CobayesClub
Vétérinaire
Consultant NAC Exclusif

© Didier Boussarie -  CobayesClub


ALIMENTATION
  • L'alimentation du cochon d'inde
  • Introduction des fruits et légumes et menus
  • Liste des légumes et fruits conseillés pour le cochon d'Inde
  • L'obésité chez le cochon d'Inde
  • La nutrition du cochon d'Inde
  • Le problème des légumes riches en nitrates
  • Poireau, ail, ciboulette ... toxique ?

  • CONNAITRE le COCHON D'INDE
  • Adopter un cochon d'Inde
  • Cochons d'Inde à l'adoption
  • Races et Couleurs chez le cochon d'Inde
  • La cohabitation chez le cochon d'Inde
  • L'histoire du cochon d'Inde
  • Le cochon d'Inde est-il un rongeur ?
  • Les cochons d'Inde à la sieste
  • Jardiner pour son cochon d'Inde
  • Partir en vacances avec son cochon d'Inde
  • Communication gestuelle du cochon d'Inde
  • Comportment du cochon d'Inde
  • L'univers sensoriel du cochon d'Inde
  • Ecoutez les cris du cochon d'Inde
  • Les vocalises du cochon d'Inde
  • Zoologie du cochon d'Inde
  • La cavy cage pour votre cochon d'Inde
  • Les accessoires pour le cochon d'Inde
  • VITAMINE C
  • Doses de vitamine C pour le cochon d'Inde
  • La carence en Vitamine C chez le cochon d'Inde
  • Tout savoir sur la vitamine C

  • SOINS
  • Administrer un médicament
  • L'anesthésie générale des NAC
  • La consultation vétérinaire du cochon d'Inde
  • Faire une injection à son cochon d'Inde
  • Le vétérinaire NAC
  • Le docteur Didier BOUSSARIE

  • REPRODUCTION
  • Accouplement cochon d'Inde
  • La castration du cochon d'Inde
  • La reproduction du cochon d'Inde
  • Sevrage et allaitement du cochon d'Inde
  • Le sexage des jeunes cochons d'Inde
  • Les kystes ovariens du cochon d'inde
  • La naissance des cochons d'Inde
  • La gestation chez le cochon d'Inde
  • La puberté du cochon d'Inde
  • ANOREXIE
  • L'anorexie chez le cochon d'inde
  • La gestion de l'anorexie chez le cochon d'Inde
  • Gaver son cochon d'Inde

  • SANTE
  • Le coup de chaleur chez le cochon d'Inde
  • Les dermatoses du cochon d'Inde
  • La gale du cochon d'Inde
  • Les puces chez le cochon d'Inde
  • Les poux chez le cochon d'Inde
  • Les pododermatites chez les cochons d'Inde
  • La polyuropolydypsie du cochon d'Inde
  • Les parasites externes du cochon d'Inde
  • L'ophtalmologie du cochon d'Inde
  • Le diabète du cochon d'Inde
  • L'amputation chez le cochon d'Inde
  • Le vaccin chez le cochon d'Inde
  • L'entérotoxémie chez le cochon d'Inde
  • Pathologie de la thyroide
  • Le lymphosarcome du cochon d'Inde
  • Le coeur de votre cochon d'Inde
  • Les maladies cardiaques du cochon d'Inde
  • L'insuffisance rénale chez le cochon d'Inde
  • L'urolithiase chez le cochon d'Inde
  • La toxémie de gestation
  • La phytothérapie appliquée au cochon d'Inde